La 60e édition du Tour du Loir-et-Cher Edmond Provost (TLC) se déroule du 17 au 21 avril. L’événement est préparé depuis un an par un trio de passionnés. Alain Carré préside l’association « Tour du Loir-et-Cher sport organisation » depuis quatorze ans. « Je suis dans le tour depuis quarante-cinq ans. J’ai commencé par des petits boulots, puis je me suis occupé de la caravane publicitaire pen-dant plus de vingt ans, avant d’être trésorier et maintenant président », dit-il. Il insiste : « Nous prenons toujours les décisions à trois ! » Ses missions ? Gestion, recherche de partenaires et coordination des équipes et des 140 bénévoles pendant l’épreuve. Un événement de taille Côté parcours, c’est Didier Prévost, le vice-président technique, qui choisit, depuis 1993, les villes de départ et d’arrivée, ainsi que les équipes. « On peut s’adapter à tous les sites mais certaines villes ont un profil de début ou de fin d’étape, selon leur intérêt pa-trimonial, historique ou affectif. » Ancien cou-reur cycliste, il s’investit dans l’organisation en parallèle de son activité professionnelle et tra-vaille aussi pour la société du Tour de France. « Aujourd’hui, on a des outils pour gagner du temps, mais aussi des moyens plus impor-tants pour communiquer avec les équipes. » Alain Perdoux, vice-président, s’occupe, pour sa part, de la partie administrative, des par-tenariats et des finances. « Je fais partie de l’organisation depuis plus de trente-cinq ans mais je n’ai jamais fait de vélo ! », rigole-t-il. Au fur et à mesure, il a vu l’événement se structurer et prendre de l’ampleur. « Le TLC est un jeu d’équilibre entre ce que l’on reçoit et ce que l’on dépense ; le côté finances est important et sans nos partenaires, il n’y aurait pas de course. » Chloé Cartier-Santino